Doctorat ECE (Education, Carriérologie, Ethique)

Lundi 17 décembre 2018
Horaires: 
14h00 - 18h00
Lieu: 
Salle IB007, Bât. Jeanneteau, UCO
Soutenance

Cette étude répond à la question de recherche suivante : dans le cadre de la formation à l’éthique, les étudiants(es)/infirmiers(ères) qui bénéficient d’une formation basée sur l’analyse de l’activité centrée sur les schèmes qui gouvernent les comportements éthiques, voient-ils leur niveau d’auto-efficacité relatif aux comportements éthiques augmenter ?
L’idée de ce projet de recherche trouve sa source dans un contexte de transformation des systèmes de santé, de complexification des pratiques en santé et d’augmentation des problèmes et des dilemmes éthiques vécus dans la pratique soignante à l’échelle macro et micro. Les professions de santé et spécifiquement la profession infirmière se trouvent contraints de suivre ces mutations des systèmes de santé en termes d’évolution de compétences, de professionnalisation, de responsabilisation et de capacitation éthique. Toutefois, la portée effective des pratiques pédagogiques de la formation à l’éthique sur l’agir éthique des infirmiers(ères) reste faible (Aiguier, 2012).
Le cadre conceptuel renvoie à une confrontation épistémologique entre la théorie sociocognitive de Bandura (2003) et la théorie de conceptualisation dans l'action de Vergnaud (1990) laquelle représente une des influences fondatrices de la didactique professionnelle (Pastré, 2005a).
La méthodologie repose sur un devis mixte intégrant un plan quasi-expérimental. La population de référence choisie pour le devis quantitatif, est formée de 156 étudiants(es)/infirmiers(ères) inscrits(es) dans une université au Liban divisé(es) en groupe témoin et expérimental. L’outil de recueil de données utilisé est une échelle de mesure du niveau d’auto-efficacité relatif aux comportements éthiques, adaptée pour l’objet de notre étude et vérifiée statiquement. Alors que le devis qualitatif exploratoire, basé sur un dispositif d’analyse de l’activité reposant sur des entretiens d’auto-confrontation simple réalisés suite à la simulation d’un scénario clinique reflétant une situation réelle de dilemme éthique, a été mené auprès de 26 étudiants(es)/infirmiers(ères) et de 8 cadres formateurs(trices).
Les résultats ont montré une augmentation significative des scores d’auto-efficacité des étudiants(es)/infirmiers(ères) du groupe expérimental. De même, l’analyse a permis de dresser une typologie des participants(es) par rapport aux schèmes mobilisés lors de la résolution d’un dilemme éthique et les profils résultants.
Les retombées de cette étude sont riches de sens au regard des pratiques pédagogiques et pourront servir la formation et spécifiquement la formation des infirmiers(ères) à l’éthique en santé. Cette dernière gagnerait en efficacité et en précision.

Mots-clés : analyse de l’activité, schème, auto-efficacité, formation, éthique en santé.

Composition du Jury  :

  • Pr. France Jutras, Présidente du jury, Université de Sherbrooke, Canada
  • Pr. Norma Zakaria, Directrice de recherche, Université Saint Esprit de Kaslik, Liban    
  • Pr. Bertrand Bergier, Co-Directeur de recherche, Université Catholique de l’Ouest, France    
  • Dr. Carol Goff Kfouri, Membre externe du jury, Université Notre Dame de Louaizé, Liban    
  • Dr Marc Nagels, Membre externe du jury, Université de Rennes, France    

Cette soutenance est annoncée sous réserve de l'acceptation de la thèse par les membres du jury.