Accès direct au contenu

colloque autoformation apprendre ensemble
19 minutes chrono, le RDV des chercheurs de LICIA
Arrow Prev Arrow Next

Ethique, épistémologie, place du sujet

Programme de recherche :
« Ethiques professionnelles »

Ce programme de recherche s’inscrit dans le cadre de la thématique générale telle qu’elle a été précédemment déclinée dans le texte relatif à l’organisation du Pôle de recherche de l’UCO - approuvé au Conseil académique, le 23 juin 2011. La perspective proposée ci-dessous concerne toutes les filières universitaires de l’UCO car l’éthique est transdisciplinaire. Elle interroge l’ensemble de nos pratiques et les finalités de nos formations, questionne « la voie bonne » et la « vie bonne » : comment nos pratiques permettent-elles à nos étudiants, aux futurs professionnels qu’ils seront, de donner de la signification à ce qu’ils font et feront, de mener une vie « authentiquement humaine » (Hans Jonas). Il s’agit de questionner des pratiques professionnelles ou humaines et l’usage que l’on fait de savoirs spécialisés.
Le premier programme porte spécialement sur les « éthiques professionnelles » où le pluriel est à lui seul représentatif du programme : il s’agit d’évaluer ce que chaque discipline entend par « éthique professionnelle » puis de croiser les différentes approches.

Trois termes servent de points de référence :
*L’éthique. « La voie bonne » : comment la vie peut-elle devenir meilleure, plus humaine, pour un sujet, pour une profession, pour une communauté politique ? Places données au sujet, mais aussi à la question de la vérité, de la relation entre la conviction et la responsabilité. Le souci de l’éthique suppose la prise en compte de la fragilité et de la souffrance des personnes. Elle assume aussi les dilemmes inhérents aux décisions, comme c’est le cas en médecine, mais aussi en politique, dans l’éducation, la transmission, le management, etc. Le programme de recherche mettra donc à jour comment chaque discipline articule ces éléments inhérents au souci éthique.
*La morale. Pour faire simple nous traduisons par la science du bien et du mal. Elle est donc en extériorité par rapport au sujet et à la recherche de la « voie bonne ». Pas d’éthique sans que celle-ci se confronte  à ce qui est bien et ce qui est mal, à ce qui abîme l’humain et à ce qui le construit, à ce qui est conforme aux grands interdits fondamentaux (Droits humains, impératifs catégoriques, règle d’or…), à qui est juste et à ce qui ne l’est pas. 2e temps du programme : quelle place pour la morale, pour les lois morales, dans  la réalité des futures professions de nos étudiants ?
*Et enfin la déontologie. Autrement dit l’ensemble des règles morales qui régissent l'exercice d'une profession, avec pour un certain nombre des Codes de déontologie. Aristote définissait la déontologie ainsi : il y a des choses qu'il « faut » faire, il ne faut les faire que parce qu'elles sont requises pour atteindre une certaine fin. C’est donc une théorie des devoirs du sein d’une pratique professionnelle, visant la probité du professionnel. 3e temps: quelle est la déontologie qui régit les exercices professionnels. Comment la distinguer de l’éthique et de la morale ?

Une nuance s’impose devant cette répartition tripartite : l’origine des termes donnent à voir une commune filiation philosophique¹  à ces trois substantifs au point que les traductions amènent à des glissements de sens puisque que par exemple « déontologie » se traduit par « ethics » dans la langue anglaise. Il s’agit donc d’abord d’une convention méthodologique afin de mener à bien notre recherche.

À travers ces 3 notions, leurs distinctions et leurs articulations, nous chercherons :
•  À définir ce que sont les éthiques professionnelles éthiques de l’enseignant, du psychologue, du
   chercheur, du philosophe, du biologiste, du « manager », etc.
•  Comment elles favorisent la promotion de la reconnaissance et de la dignité de chacun, à
   commencer par les plus fragiles,
•  Comment elles éloignent chacun d’une pratique arbitraire,
•  Comment elles permettent de trancher les dilemmes, puisque l’éthique renvoie à une science du
   possible, de la capacité à agir, à l’opposé d’une science du seul savoir qui ne voudrait pas se
   « salir les mains ».

Plusieurs moyens sont d’ores et déjà envisagés :
•  Recension de publications récentes des chercheurs UCO en lien avec le programme et plus
   largement de la thématique « éthique, épistémologie, place du sujet ».
•  Organisation des équipes de recherche, en privilégiant le travail en ligne pour ne pas multiplier
   les réunions.
•  Planification de séminaires d’étude autour de l’équipe de recherche invitant des doctorants et des
   experts.
•  Organisation d’une première journée d’étude en 2013-2014, avec une publication l’année suivante
   dans une ou plusieurs revues ad hoc, référencées par nos disciplines.

¹Dictionnaire Historique de la Langue Française, Alain Rey.

Instituts concernés

tous

Contact

Responsable du programme de recherche :
MARGRON Véronique
Tél. : 02 41 81 66 22
Mail : veronique.margron@uco.fr

Attachée de direction : Mme VALLÈS Marie-Laure
Tél. : 02 41 81 67 37
E-mail : marie-laure.valles@uco.fr

Assistante : Mme GAURION Yolande
Tél. : 02 72 79 64 01
E-mail : yolande.gaurion@uco.fr