Accès direct au contenu

colloque autoformation apprendre ensemble
19 minutes chrono, le RDV des chercheurs de LICIA
Arrow Prev Arrow Next

Risques et vulnérabilité

Programme de recherche :
« Risques et vulnérabilités sociétales »

La société actuelle se caractérise par une omniprésence du risque, et son corollaire la vulnérabilité accrue des communautés et activités humaines aux risques naturels ou environnementaux. Des risques technologiques aux risques psychosociaux en passant par les catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes, la liste est longue des risques contemporains qui peuvent être rencontrés par chacun de nous. Les individus ne sont d’ailleurs pas les seuls soumis au stress des risques. Les organisations sont aujourd'hui prises au piège du risque : incident, accident, mais aussi risque social, commercial et financier. Le risque semble accompagner l’essor même de nos sociétés complexes et mondialisées. Il constitue un phénomène significatif de ce que l’on reconnaît aujourd’hui comme étant une « société du risque » (Beck, 2001). Dans cette vision, nos sociétés fabriqueraient de plus en plus de risques, qui seraient en quelque sorte la contrepartie du progrès et des activités humaines, qu'elles favorisent (recherche scientifique, nouvelles technologies, choix individuels, etc.). Cette recrudescence des crises se trouve alors étroitement liée à celle de vulnérabilité, que l’on peut définir comme la probabilité de voir sa situation ou ses conditions de vie se dégrader, quel que soit son niveau de vie, face à une maladie, un choc ou un aléa.

Toutefois, il faut prêter attention à cette notion de risque qui s'avère plus ambiguë et complexe qu’il n’y paraît de prime abord. Par exemple, si les crises et les catastrophes servent de révélateurs des dysfonctionnements des systèmes organisés, ne manifestent-elles pas surtout la tension entre la complexité croissante de nos sociétés et l’incertitude qui résulte de ces processus de complexification qui rendent la société plus vulnérable à la survenue des aléas qui la menacent ? Comme si la rhétorique si fréquente de la crise et du risque manifestait une incapacité à penser le monde complexe, opaque et incertain dans lequel nous vivons aujourd'hui. En filigrane de cette analyse des mutations contemporaines, on peut aussi saisir le modèle d'une société composée d’individus incertains, pris entre la revendication d'un principe d'autonomie et une demande de sécurité accrue. Comment résoudre cette tension entre un élargissement du champ des possibles dans tous les domaines de la vie sociale et une demande accrue de sécurité ? Par exemple, chacun sollicite les autorités ou se pose en victime de leur incapacité, mais chacun aspire aussi à vivre sa vie, en quelque sorte, à sa guise. Autrement dit, les individus en appellent de plus en plus à un État dont ils cherchent par ailleurs à se déprendre. Telle est bien la nouvelle donne qui complique singulièrement l'équation politique et la gouvernance même des organisations.

Malgré l’utilisation croissante de la notion, les recherches portant directement sur la vulnérabilité ont été peu développées jusqu’à une période récente en France et en Europe. Comment définir la vulnérabilité sociétale ? Comment l’évaluer ? Comment prendre en compte ses différents aspects ? Comment différentes disciplines s’associent-elles pour répondre à ces enjeux ? Pour analyser la vulnérabilité, il faut non seulement identifier le risque global encouru par chaque communauté ou individu dans un lieu et à une époque donnés, mais aussi leurs capacités de réaction, c’est-à-dire l’ensemble des capabilités (Sen, 1993) permettant de mettre en œuvre toutes les possibilités qui s’offrent pour résister aux effets négatifs du choc et remonter la pente. Des risques diffus et ordinaires aux risques majeurs, l’enjeu est de savoir d’une part, comment la double fragilité de l’individu et des sociétés s’inscrit dans l’environnement et évolue dans le temps, mais d’autre part aussi, comment la réduire et comment mesurer la capacité des sociétés à conserver ou à retrouver un fonctionnement normal à la suite d’un événement ou d’une crise.

Le présent programme a pour objectif d’apporter un éclairage multidisciplinaire à la problématique de la vulnérabilité et de la résilience des sociétés face aux risques contemporains. L’enjeu scientifique est à la fois de réunir la communauté scientifique éparse et peu homogène qui travaille à l’UCO sur ces questions et de mieux appréhender ce qu’est la vulnérabilité sociétale aux risques actuels (technologiques, environnementaux, psychosociaux, etc.). Pour ce faire, les activités de recherche seront organisées autour de 4 axes principaux de questionnements :

1. Comment penser les conduites à risque et la vulnérabilité des personnes par l’étude du contexte social et des processus de vulnérabilisation ?

2. De quelles méthodes d’évaluation des risques dispose-t-on pour estimer la vulnérabilité des organisations humaines et des environnements à risques systémiques ?

3. Comment gérer les risques et accompagner des populations vulnérables, en tenant compte à la fois du principe d'autonomie des personnes et de leur demande de sécurité accrue ?

4. Quels sont les risques pour le lien social et les opportunités de développement que procurent les situations aujourd’hui fréquentes de communication interculturelle ?

Contact

Responsable de programme de recherche :
M. RAVELEAU Benoît
Tél. : 02 41 81 64 99
Mail : benoit.raveleau@uco.fr

Attachée de direction : Mme VALLÈS Marie-Laure
Tél. : 02 41 81 67 37
E-mail : marie-laure.valles@uco.fr

Assistante : Mme GAURION Yolande
Tél. : 02 72 79 64 01
E-mail : yolande.gaurion@uco.fr