Les oublié.e.s et les invisibles de l’Histoire (Civilisation, littérature, arts…)

24 et 25 juin 2021
Amphi Saint Anselme (Faculté de Théologie) - UCO
9h à 17h
Equipe(s): 

Les oublié.e.s et les invisibles de l’Histoire (Civilisation, littérature, arts…)

Colloque international organisé par l’Axe 2 : Territoires, altérités et circulations du Centre de recherche Humanités et Sociétés (CHUS)

Force est de constater que l’histoire n’a retenu que les actions et créations d’une infime partie des acteurs.ices de nos sociétés. Nombre de personnes sont restées, volontairement ou non, invisibles. D’autres sont, après une vie couronnée de succès et de gloire, tombées dans l’oubli.  D’autres encore se sont arrangées avec les circonstances de leur époque ou de leur condition sociale pour œuvrer dans l’ombre, notamment les femmes. Pourtant, Les oubliés de l’Histoire (Le Naour 2017) relate une histoire qui se veut plus inclusive. Parler aujourd’hui d’oublié.e.s et non pas d’oubliés acte déjà le poids du système patriarcal. C’est aussi opter pour une posture ouverte au décentrement et à une réévaluation permanente de l’histoire. Cette posture s’intéresse au processus d’affranchissement et de marges au regard d’une centration hiérarchisée autour de figures tutélaires. Les actions et les paroles plus modestes obligent à circuler souvent dans des espaces marginaux et par des modes alternatifs.

Qu’il s’agisse d’une invisibilité sociale (Le Blanc 2009), d’auteur.e.s « caché.e.s par la forêt » (pour reprendre l’expression utilisée par Dussert 2013/2018), ou bien de femmes qui publiaient sous un pseudonyme masculin, de traductrices et traducteurs dont le nom fut rarement mentionné, de contenus inavouables ou réservés à un public restreint, nous souhaitons contribuer à sortir ces oublié.e.s et invisibles de l’ombre et les intégrer dans une Histoire ouverte aux paroles minoritaires, et à l’intersectionnalité.

L’enjeu est bien là, d’aider à écrire une histoire qui ne soit pas celle des dominants et prenne la mesure des voix importantes à leur époque et aujourd’hui oubliées ou minorées. Notre postulat est que malgré leur invisibilité, ces migrant.e.s, écrivain.e.s ou artistes inconnu.e.s ou méconnu.e.s ont grandement participé à la circulation des idées et des savoirs et ont résisté, à leur façon, à leur marginalisation.

L’objectif de la journée d’étude sera de réfléchir à l’(in)visibilisation d’invididus acteur.ices de leur époque et de tenter de rendre justice à leurs écrits, paroles, actions, productions artistiques et découvertes respectifs dans le domaine de la civilisation comme de la littérature et des arts.

Mots clefs : oublié.es, invisibilité, marginalisation, résistance, migrant.e.s, écrivain.e.s, artistes, histoire
Comité d’organisation
  • Pauline BOIVINEAU, MCF en Arts du Spectacle – UCO
  • Leila HAGHSHENAS, Docteure en Études anglophones – UCO
  • Andrea MICKE-SERIN, Docteur en langues, littératures et civilisations germaniques – UCO
  • Sheena TRIMBLE, MCF en Civilisation nord-américaine – UCO
Comité scientifique
  • Pauline BOIVINEAU, MCF en Arts du spectacle – UCO
  • Leila HAGHSHENAS, Docteure en Études anglophones – UCO
  • Andrea MICKE-SERIN, Docteur en Langues, littératures et civilisations germaniques – UCO
  • Christine REYNIER, Professeure en Littérature britannique – Université Paul-Valéry Montpellier3
  • Gwénola SEBAUX, Professeure en histoire et civilisation de l’Allemagne contemporaine – UCO
  • Sheena TRIMBLE, MCF en Civilisation nord-américaine – UCO
  • Sylvain VILLARET, MCF en histoire contemporaine et STAPS – Le Mans Université
Conditions de soumission

Merci de faire parvenir vos propositions (un résumé de 2 000 à 3 000 signes, avec un titre provisoire, une courte bibliographie sur le sujet, et une biographie de quelques lignes accompagnées des principales publications) à :

Andrea MICKE-SERIN <amickes@uco.fr> et Leila HAGHSHENAS <lhaghshenas@uco.fr> avant le 24 mars 2021.

Les propositions de communication peuvent émaner de différents champs disciplinaires et époques, et adopter des approches méthodologiques variées.

Les auteur.e.s des propositions retenues seront informé.e.s de la décision du comité scientifique le 16 avril. Une publication est envisagée à l’issue de la journée d’études qui se déroulera à l’UCO à Angers le 24 juin 2021. Le format hybride avec des communications via TEAMS reste possible.

Bibliographie :
  • BARD, Christine et CHAPERON Sylvie (dir.), Dictionnaire des féministes, Paris, PUF, 2017
  • BARD, Christine, LE NAN Frédérique (dir.), Dire le genre : avec les mots, avec le corps, Paris, CNRS, 2019.
  • BUTLER, Judith, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, 1990, New York, Routledge, 1999.
  • DUSSERT, Eric, Une forêt cachée. 156 Portraits d’écrivains oubliés, Paris, Table Ronde, 2013.
  • DUSSERT, Eric, Cachées par la forêt : 138 femmes de lettres oubliées, Paris, Table Ronde, 2018.
  • FRASER, Nancy, « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement », Hermès, traduit par Muriel VALENTA, 2001, n°13, pp. 125-156.
  • GUILLUY, Christophe, La France périphérique, Paris, Champs actuel, 2015.
  • LASSERRE, Audrey, « Quand la littérature se mit en mouvement : écriture et mouvement de libération des femmes en France (1970-1981) », Les Temps Modernes, vol. 689, n° 3, 2016, pp. 119-141.
  • LE BLANC, Guillaume : L’invisibilité sociale, Paris, 2009. 
  • LE BLANC, Guillaume : Insurrection des vies minuscules, Paris, Bayard, 2014. 
  • LE NAOUR, Jean-Yves : Les Oubliés de l’Histoire, Paris, Flammarion, 2017.
  • LE NAN, Frédérique (dir.), Voix de femmes dans le monde, Rennes, PUR, 2018
  • NOCHLIN, Linda, Why Have There Been No Great Women Artists, ARTnews, 1971.
  • OUELLET, François (dir.), Contre l’oubli, vingt écrivains français du XXe siècle à redécouvrir, Montréal, Alias, 2015.
  • PERROT, Michelle, Les femmes ou le silence de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.
  • PLANTE, Christine, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, 1988, Lyon, PUL, 2015.
  • RANCIERE, Jacques, Le maître ignorant : cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, 1987.
  • RUBINO, Gianfranco, « Autour d’écrivains oubliés », Revue italienne d’études françaises, en ligne, 2016. 
  • WOOLF, Virginia, « The Lives of the Obscure », 1925, The Essays of Virginia Woolf, vol. IV, Andrew McNEILLIE (dir.), London, Hogarth Press, 1994, pp. 118-145.