Usages partisans et médiatiques du numérique au local

Affiche du colloque
7-8 Décembre 2023
UCO Angers - amphi Bedouelle
9h00 - 18h00
Equipe(s): 

Usages partisans et médiatiques du numérique au local

L’objectif de ce colloque, en lien avec le projet ANR JCJC MUTADATA, est d’analyser les usages partisans et médiatiques du numérique au local. Ces journées permettront d’offrir un espace de discussion interdisciplinaire pour étudier les usages du numérique par les adhérents, les bénévoles, les cadres du partis, les candidats, les élus, les professionnels de la communication politique et les journalistes politiques au niveau local, en contexte, tant en campagne électorale que dans les temps dits « ordinaires » de la vie politique, en France et à l’international. Ces usages seront dès lors étudiés au regard des ressources et contraintes du local, de manière à les réinsérer au sein de trajectoires et de répertoires diversifiés.

« Du local ‘escamoté’ des années 1960 au local ‘reconsidéré’ d’aujourd’hui » (Neveu, 2007), il n’est plus à prouver les apports nombreux d’une approche par le local (Mabileau, 1993). En atteste le nombre croissant de travaux qui privilégient cette échelle* pour analyser l’organisation des partis politiques où de nombreuses enquêtes sont réalisées au sein de Fédérations (Contamin et Delacroix, 2009 ; Agrikoliansky et al., 2011) ou pour étudier, au plus près, les relations de dépendance entre candidats et journalistes politiques (Murphy, 1976; Le Bohec, 1994; Frisque, 2010).

Étudier le parti à l’échelon local permet d’observer au microscope les pratiques politiques et de « mieux cerner l'intrication du jeu social et du jeu politique » (Sawicki, 1988). Pourtant, les travaux portant sur l’usage du numérique par les partis politiques - en campagne électorale notamment - se sont concentrés sur l’échelle nationale (Stromer-Galley, 2014 ; Kreiss, 2012 ; Kruschinski et Haller, 2017). C’est par exemple le cas en France (Neihouser, 2016 ; Boyadjian, 2016, Theviot 2018 et 2019) car les budgets disponibles au niveau national permettent la création de dispositifs et l’emploi de salariés dédiés au volet numérique.

Lorsque la littérature étudie le numérique à l’échelon politique local, c’est donc plutôt pour analyser la manière dont il permet (ou pas) la mise en place de nouvelles formes de gouvernance ou de participations (Contamin et al., 2020 ; Kies et Seidenthal, 2020; Bernardin et Jeannot, 2019 ; Peugeot et al., 2019). L’objectif est alors d’étudier des objets tels que les budgets participatifs ou encore différents dispositifs consultatifs mis en place autour d’enjeux locaux (Demoulin et Bacqué, 2019 ; Vassor, 2020 ; Wojcik, Mabi et Lupovici, 2023). On ne dispose en revanche que de peu de travaux portant sur les usages partisans du numérique à l’échelon local (municipal, départemental, régional, des fédérations, etc.).

Avec la démocratisation des dispositifs numériques, les campagnes électorales, même à l’échelle locale, sont de plus en plus numérisées en Europe. Par ailleurs, la maitrise des réseaux sociaux et de certaines applications mobiles s’étant diffusée au sein de divers groupes sociaux dans la population, les militants sont désormais en mesure de s’organiser en ligne et les élus de s’adresser numériquement à leurs concitoyens. Dans ces conditions, porter le regard sur l’échelon local permet de rendre compte des réappropriations « par le bas » des rhétoriques et dispositifs numériques créés par « le haut », mais aussi de la normalisation (ou pas) de l’usage du numérique en campagne électorale dans des espaces ruraux par exemple.

En outre, le niveau local porte en lui-même des spécificités (relations des candidats aux électeurs et inversement, ressources à disposition des candidats, particularités du tissu médiatique et de ses liens à la politique à cet échelon, etc.) qui enjoignent à questionner et à prolonger les résultats obtenus par la littérature au niveau national pour analyser dans quelle mesure ils s’appliquent, ou pas, en campagne locale.

Ce colloque propose d’analyser le temps extraordinaire des campagnes électorales, mais aussi les temps ordinaires de la vie politique. Il s’agit alors de porter le regard sur la « survie » du parti au local hors campagne électorale, mais aussi sur la figure de l’élu. Les plateformes partisanes et les réseaux sociaux permettent-il de faire « vivre » le parti au local, en dehors du temps de l’élection ? Les élus municipaux et régionaux se saisissent-ils du numérique pour communiquer sur leurs actions et avec quels moyens ?

Ce colloque invite aussi à explorer, au local, les flottements des frontières partisanes. Il s’agit alors de porter le regard sur les acteurs qui gravitent autour des partis politiques, des candidats, des élus, etc. Même s’il existe de nombreux travaux sur les journalistes politiques locaux (Amiel et Bousquet, 2021; Kaciaf, 2020), il nous semble pertinent d’interroger les évolutions du statut de localier et les spécificités de ses pratiques en lien notamment avec la montée en puissance des réseaux sociaux et l’introduction de savoir-faire techniques tels que le fact-checking, le datajournalisme ou les infographies ; de questionner son rapport avec les responsables politiques locaux pendant et hors campagne électorale ; d’analyser les processus de catégorisation et de (dé)légitimation mis en place par certains acteurs politiques par rapport au travail des journalistes politiques locaux, etc.

Enfin, ce colloque est aussi l’occasion de porter le regard sur les prestataires en communication politique, en stratégie numérique ou en microciblage électoral. Depuis les travaux de J. Blumber et D. Kavanagh, la sollicitation de spécialistes de la communication politique – qualifiés de « nouvelles élites de la politique » (Blumler et Kavanagh, 1999, p. 213) - par les instances partisanes a été fortement soulignée et ce, d’autant plus que des compétences techniques et la maîtrise d’un vocable spécifique sont désormais requises. A l’échelle locale, le recours à des prestataires externes offrant des conseils en communication politique s’est-il autant normalisé qu’au national ? En campagne électorale, les équipes locales ont-elles les moyens de faire appel à des prestataires ? Comment se vendent ces conseillers en communication politique numérique auprès des acteurs locaux ? Développent-ils des expertises spécifiques pour accompagner la communication numérique des élus locaux ? Il s’agit de porter le regard sur les prestataires et leurs effets sur la communication politique et ses espaces professionnels. L’ambition est aussi d’analyser les effets de ces recompositions professionnelles sur le travail politique et d’interroger ainsi les mutations du travail politique au local.

*En 1988, Frédéric Sawicki s’inquiétait du peu de travaux sur les partis politiques, optant pour une échelle locale : « lorsqu'on passe en revue les travaux sur les partis français, on ne manque pas d'être surpris par le peu d'études (mémoires ou thèses) consacrées à des fédérations ou à des sections de partis, pour s'en tenir à une représentation conventionnelle des entreprises politiques » (Sawicki, 1988 : 13).

 

Références

Agrikoliansky, Éric, Heurtaux, Jérôme et Le Grignou Brigitte (dir.) (2011). Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.
Bailey, Frederick G. (1971). Les règles du jeu politique, Paris, PUF.
Amiel, Pauline ; Franck, Bousquet (2022), « La presse quotidienne régionale : un modèle informationnel sous tension », Les Enjeux de l'information et de la communication, 23(1), p. 81-92.
Bernardin, Stève, et Jeannot, Gilles (2019). « La ville intelligente sans les villes ? Interopérabilité, ouvertures et maîtrise des données publiques au sein des administrations municipales », Réseaux, 218(6), pp. 9-37.
Blumler J. G. et Kavanagh D., « The Three Ages of Political Communication », Political Communication, 16, 3, 1999, p. 209-230.
Boyadjian, Julien (2016). Analyser les opinions politiques sur internet. Enjeux théoriques et défis méthodologiques, Paris, Dalloz, 2016.
Chombart de Lauwe, Paul-Henry (1990). « Penser le local pour comprendre le global », Espaces Temps, 43-44. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/espat_0339-3267_1990_num_43_1_3746
Contamin, Jean-Gabriel et Delacroix, Roland (2009). « Les transformations des formes d'engagement au prisme du local : L'exemple de la CGT du Nord », Politix, 85(1), pp. 81-104.
Contamin, Jean-Gabriel, et al. (2020). « Les mobilisations pétitionnaires en ligne sur le survol de Bruxelles et de ses environs : du syndrome Nimby à l’effet foot-in-the-door », Participations, 28 (3), pp. 81-124.
Demoulin Jeanne et Bacqué Marie-Hélène (2019), « Les conseils citoyens, beaucoup de bruit pour rien ? », Participations, 2 (24), p. 5-25.
Frisque, Cégolène (2010), « Des espaces médiatiques et politiques locaux ? », Revue française de science politique, 60(5), p. 951-973.
Kaciaf, Nicolas (2020), « Faire rendre des comptes. Les conditions de l’investigation journalistique à l’échelle locale », Politiques de communication, 15(2), p. 139-166.
Kaciaf, Nicolas (2018), « Perturber les notables. Les conditions de possibilité d’un journalisme d’enquête à l’échelle locale », Savoir/Agir, 46(4), p. 67-73.
Kies, Raphaël, et Seidenthal, Sven (2020). « Quand les e-pétitions influencent-elles la décision politique ? Une analyse du système de pétitions électroniques de la Chambre des députés du Luxembourg », Participations, 28 (3), pp. 177-202.
Kreiss, Daniel (2012). Taking our country back: The crafting of networked politics from Howard Dean to Barack Obama, Cambridge: MA, Oxford University Press
Kruschinski, Simon, et Haller, André (2017). « Restrictions on data-driven political micro-targeting in Germany », Internet Policy Review, 6(4). En ligne.
Le Bohec, Jacques (1994), « Les rapports entre élus et localiers. La photographie de presse comme enjeu de pouvoir », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 28, p. 100-112.
Legavre, Jean-Baptiste (1994), « L'horizon local de la communication politique. Retour sur la diffusion d'une expertise », Politix, 28, p. 76-99.
Mabileau, Albert (dir.) (1993). A la recherche du local, Paris, L’Harmattan.
Murphy Daniel, The Silent Watchdog. Press in Local Politics, Londres, Constable, 1976.
Neihouser, Marie (2016). Un nouvel espace médiatique? Sociologie de la blogosphère politique française, Paris, LGDJ-Lextenso (Collection des Thèses).
Neveu, Catherine (2007). « Le quartier des politistes », in Authier, Jean-Yves, Bacqué, Marie-Hélène et Guérin-Pace, France (dir.), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte.
Peugeot, Valérie, Mabi, Clément et Chevallier, Benjamin (2019). « L’innovation contributive renforce-t-elle le pouvoir citoyen dans la ville numérique ? Le cas du Grenoble CivicLab », Réseaux, 218 (6), pp. 143-169.
Sawicki, Frédéric (1988). « Questions de recherche : pour une analyse locale des partis politiques », Politix, 2(1).
Stromer-Galley, Jennifer (2014). Presidential campaigning in the internet age, Oxford University Press.
Theviot, Anaïs (2018). Faire campagne sur Internet, Lille, Presses universitaires du Septentrion.
Theviot, Anaïs (2019). Big data électoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter, Editions Le Bord de l’Eau.
Vassor Mathilde (2020), « L’instrumentation technique d’une politique participative, un travestissement des rapports de pouvoir ? : L’exemple du budget participatif de la Ville de Paris », Interfaces numériques, 8(3).
Wojcik Stéphanie, Mabi, Clément, Lupovici, Raphaël (2023). Dossier ‘Pouvoir local et dispositifs numériques’, Les Enjeux de l’information et de la communication, 4(1).
 

 

Chercheurs Hors-UCO

Marie Neihouser (ESPOL Lille)

Comité scientifique
Chercheurs Hors-UCO

Anne Bellon (Université de Technologie de Compiègne) | Gersende Blanchard (Université de Lille) | Franck Bousquet (Université Toulouse) | Julien Boyadjian (Sciences Po Lille) | Didier Chauvin (Université Rennes 2) | Manuel Cervera-Marzal (Université de Liège) | Estelle Delaine (Université Rennes 2) | Cégolène Frisque (IUT La Roche-sur-yon/Université de Nantes) | Isabelle Garcin-Marrou (Sciences Po Lyon) | Fabienne Greffet (Université de Lorraine) | Erica Guevara (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis) | Nicolas Kaciaf (Sciences Po Lille) | Christian Le Bart (Sciences Po Rennes) | Jean-Baptiste Le Corf (Université Rennes 2) | Pierre Lefébure (Université Sorbonne Paris Nord) | Rémi Lefebvre (Université de Lille) | Guillaume Marrel (Université d’Avignon) | Arnaud Mercier (Université Paris-Panthéon-Assas) | Magali Nonjon (Sciences Po Aix) | Anne-Sophie Petit-Fils (Université de Lille/Université Côte d'Azur) | Nathalie Pignard-Cheynel (Académie du journalisme et des médias/ Université de Neuchâtel) | Brigitte Sebbah (Université Toulouse Paul Sabatier) | Laurent Thiong-Kay (Sciences Po Lyon) | François Vergniolle de Chantal (Université Paris Cité)

 

 

Programme du colloque

 

Jeudi 7 Décembre 2023

UCO Angers - Amphi Bedouelle
9h00

Accueil café

9h20

Mot de bienvenue par Laurent PÉRIDY, Recteur de l'UCO, Catherine MOUNEYRAC, Vice-Recteur Recherche et International, Mélanie LALLET, Directrice du Centre Humanités et Sociétés (CHUS), et Anaïs THEVIOT, Responsable de l'ANR JCJC MUTADATA.

9h45

Conférence inaugurale de Thierry GIASSON (Professeur titulaire au Département de science politique de l'Université Laval et chercheur principal du Groupe de recherche en communication politique (GRCP)) : « La politique aux temps du numérique. L’évolution des pratiques politiques en ligne au Québec. »

11h00

Panel 1 : Militantisme et numérique - perspectives internationales

Discutants : Isabelle GARCIN-MARROU (Professeure en sciences de l’information et de la communication, Sciences Po Lyon, ELICO) et Sébastien FRANCOIS (Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication, UCO Nantes, CHUS)

Akila NEDJAR-GUERRE (Maîtresse de conférences en sciences de l'information et de la communication, Université de Nouvelle-Calédonie, Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Éducation) : « Le militantisme numérique chez les indépendantistes kanak. D'un maillage local à une visée internationale »

Souleymane KOUYATE (Doctorant en communication Politique, UFRICA, Université Félix Houphouet Boigny de Cocody, Abidjan) et Kouamé William YAO (Chargé de suivi évaluation, ONG La bonne cause) : « Elections municipales et régionales du 02 Septembre 2023 en Côte d’Ivoire : Usages partisans et médiatiques de la participation en ligne des populations ivoiriennes via Facebook »

Miézan AKA (Attachée temporaire d’enseignement et de recherche, Université d’Angers, Laboratoire Espaces et Sociétés (ESO) UMR 6590, et chercheure associée groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC)) : « Communication politique et dispositifs socionumériques en Côte d'Ivoire : A propos des interactions entre les pages Facebook des partis et celles des élus locaux »

12h30

Visite commentée des tapisseries de La Pintière dans l'amphi Bedouelle

UCO Angers - Maison des chercheurs
13h00

Déjeuner cocktail

UCO Angers - amphi Bedouelle
14h30

Panel 2 : Élus locaux à l'heure du numérique

Discutants : Arnaud MERCIER (Professeur en sciences de l’information et de la communication, Université Panthéon-Assas, CARISM) et Marie NEIHOUSER (Enseignante, Institut national universitaire Champollion d’Albi et chercheuse associée, GRCP et ESPOL-Lab)

Valentin GUÉRY (Post-doctorant CNRS, Université Paris-Nanterre, Institut des Sciences sociales du Politique) : « La page Facebook de la municipalité d’Hénin-Beaumont : un outil politique aux multiples usages »

Simon GADRAS (Maître de conférences, Université Lumière Lyon 2, ELICO) : « L’écologie politique est-elle instagrammable ? La communication numérique des élu.es écologistes du territoire lyonnais »

Emma RÉAU (Étudiante en Master 2 de Communication publique et politique, UCO) : « Comment, en milieu rural, la communication politique numérique devient un moyen de légitimer l’action des élus locaux ? »

16h15

Pause-café

16h30

Table ronde 1 : Le numérique, un atout pour la démocratie locale?

Discutants : Anaïs THEVIOT (Maîtresse de conférences en sciences de l'information et de la communication, UCO Angers, ARENES) et Émilien CERIZIER (Étudiant en Master 2 de Communication publique et politique, UCO)

  • Florent BARRE (Directeur de Qomon)
  • Arnaud BOURDIN (Directeur de cabinet du département de Loire-Atlantique)
  • Mathieu CAPS (Président d’Innopublica)
  • Arthur DELAPORTE (Député dans la 2ᵉ circonscription du Calvados ) - en visio
  • Constance NEBBULA (Vice-présidente du conseil régional Pays de la Loire, conseillère déléguée au numérique, vice-présidente d'Angers Loire Métropole et présidente d'Open Data France)
  • Foulques RENARD (Délégué à la démocratie locale, Plaine commune)
UCO Angers - hall Jeanneteau
18h30

Apéritif

UCO Angers - amphi Bazin
20h00

Concert par le chœur d'Angers-Nantes Opéra

Restaurant La Fabrique
21h30

Dîner

 

Vendredi 8 Décembre 2023

UCO Angers - amphi Bedouelle
8h45

Accueil café

9h15

Panel 3 : Politique locale et participations citoyennes en ligne

Discutants : Clément MABI (Maître de conférence en Science de l'information et de la communication, UTC de Compiègne, Costech) et Vincent CARLINO (Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication, UCO Nantes, ARENES)

Aurélie BAYEN-POISSON (Maîtresse de conférences, UCO Pacifique, Laboratoire 2S2T, membre associée au Centre d’études de la Chine moderne et contemporaine (EHESS)) : « Du clicktivisme au hacktivisme - étude de cas de la gouvernance locale et nationale à Taïwan »

Marie NEIHOUSER (Enseignante, Institut national universitaire Champollion d’Albi, et chercheuse associée, GRCP et à ESPOL-Lab) : « Les usages électoraux des réseaux sociaux en milieux populaires : des usages informatifs et fragmentés »

Louise MICHEL (Doctorante, Université Paris Panthéon-Assas, Centre d'Analyse et de Recherche Interdisciplinaires sur les Médias (CARISM)) : « Dans l'angle mort des partis, la modération au sein des groupes de gilets jaunes sur Facebook »

10h45

Pause-café

11h00

Table ronde 2 : Le métier de « localier » est-il reconfiguré par le numérique ?

Discutantes : Magali PRODHOMME (Maîtresse de conférences en sciences de l'information et de la communication, UCO Angers, ARENES) et Emma MASLARD (Étudiante en Master 2 de Communication publique et politique, UCO)

  • Thomas CAUCHEBRAIS (Rédacteur en chef RCF Anjou
  • Julien COLLINET (Journaliste de La Topette, journal papier indépendant d'enquête et reportage dans le Maine-et-Loire)
  • Mathilde LECLERC (Cheffe de rédaction à la locale Ouest-France d’Angers)
  • Yves TRECA-DURAND (Reporter régional politique pour les Journaux de Loire (Le Courrier de l'Ouest, Presse Océan, Le Maine Libre), également correspondant du journal Le Monde depuis mai 2017)
Restaurant Le Petit Brissac
12h30

Déjeuner

UCO Angers - amphi Bedouelle
14h30

Panel 4 : Vers un renouveau des pratiques militantes et journalistiques au local ?

Discutantes : Anne BELLON (Maîtresse de conférences en science politique, UTC de Compiègne, Costech) et Anaïs THEVIOT (Maîtresse de conférences en sciences de l'information et de la communication, UCO Angers, ARENES)

Mathis BOUQUET (Étudiant doctorant, Ecole d'Etudes Politiques, Université d'Ottawa) : « Un retour à la norme partisane par le numérique ? Les dispositifs numériques comme outils de délimitation, de disciplinarisation et de hiérarchisation du militantisme insoumis lors des élections municipales de 2019 à Lyon »

Émilien CERIZIER (Étudiant en Master 2 de Communication publique et politique, UCO) : « L'usage du numérique au local des candidats "semi-novices". Le cas de LREM lors des élections législatives de 2017 »

Emma MASLARD (Étudiante en Master 2 communication publique et politique, UCO) : « Du numérique au bouleversement du local : comment la PQR réinvente le concept de proximité avec les publics et le territoire ? (Focus sur Ouest-France) »

16h00

Conclusions du colloque par Christian LE BART (Professeur de science politique, Sciences po Rennes, ARENES)

16h45

Conclusions sur les perspectives de l’ANR par Anaïs THEVIOT (Responsable du programme ANR JCJC MUTADATA)

UCO Angers - Hall Jeanneteau
17h30

Verre de clôture