Programmes de recherche

Le sport et les communautés juives : perspectives nationales et transnationales

Contexte

Le projet vise à recueillir puis étudier, pour une période d’environ 3 ans, des documents d’archives conservés en Israël. Ces sources concernent plusieurs domaines culturels : le sport, le corps, les mouvements de jeunesse, le sionisme, le communisme.

Ce projet, qui nécessite donc un voyage en Israël dans les prochains mois, s’inscrit dans la continuité de ma thèse, soutenue en novembre 2020 : Le « peuple du livre » à l’épreuve du « judaïsme du muscle » : les communautés juives de France et le sport (fin XIXe-1948). Mes travaux étudient, avec une méthodologie ancrée dans l’histoire culturelle, les activités physiques et sportives des communautés juives de France de la fin du XIXe siècle aux années 1960. Plus spécifiquement, je m’intéresse au sens que les Juifs de France accordent aux pratiques corporelles et aux conséquences visibles sur le comportement des différentes communautés de l’hexagone. Ce faisant, mes recherches touchent des thématiques variées, focalisées à la fois sur le corps (antisémitisme corporel, violence, vulnérabilités, renversements de stéréotypes) que sur le sport juif (création d’associations, diffusions des valeurs sportives), le sport féminin ou l’éducation physique de la jeunesse.

Objectifs

Ce projet consiste, d’une part, à amplifier le travail mené dans une perspective nationale, en approfondissant les connaissances historiques sur le corps et l’engagement sportif des Juifs de France. D’autre part, il vise à engager un travail transnational, en identifiant les similarités, les différences et, surtout, les liens avec les associations et sportifs juifs d’autres pays (Palestine, Allemagne, Angleterre, États-Unis). Ce faisant, la recherche nécessite des déplacements dans plusieurs villes de France, mais aussi et surtout en dehors, particulièrement en Israël.

L’objectif de ce projet est de compléter mon travail de thèse qui doit aboutir, d’ici 3 ou 4 ans, à sa publication sous forme de livre. Compte-tenu de l’absence d’archives sportives juives dans l’hexagone, de nombreuses questions demeurent et seul un déplacement en Israël saurait combler ce vide historiographique. Les Juifs de France, bien que déjà beaucoup étudiés par les historiens, souffrent d’un manque de reconnaissance et de connaissances en ce qui concerne l’intérêt porté au corps dans la première moitié du XXe siècle. L’accès aux archives permettrait d’y répondre, en envisageant un angle d’approche différent de celui qui vise à étudier le « corps juif » selon la vision de leurs détracteurs antisémites.

Méthodes

Cette recherche s’inscrit dans le cadre de l’histoire culturelle. Il s’agit d’étudier le rapport aux activités physiques et sportives au sein des organisations juives de France, ainsi que le sens donné à ces activités par les pratiquants. Nous soutenons que le sport, en tant qu’objet culturel, permet d’interroger de manière pertinente l’ensemble des représentations qu’ont les communautés juives de leur corps et leur place dans la cité. Ce travail s’inscrit donc dans une logique de compréhension et de représentation, en référence aux réflexions de Roger Chartier.

Nous envisageons de repérer, puis de récolter et enfin d’analyser un ensemble de traces selon les obligations de la méthode historique. Plusieurs temporalités doivent être envisagées : la prise de contact avec les responsables des centres archives et des historiens israéliens (déjà réalisé), la récupération des sources et le dépouillement de ces dernières.

Perspectives

Si les sources récupérées le permettent, j’aimerais, outre l’édition d’un livre issu de ma thèse, valoriser ce travail par la publication d’un ou plusieurs articles dans des revues internationales indexées à comité de lecture. Compte-tenu de la présence d’archives des Juifs américains, anglais ou allemands, ce projet vise aussi à dynamiser les recherches transnationales par la production d’articles ou de chapitres centrés sur la comparaison des pratiques sportives des Juifs en France, en Allemagne, en Angleterre ou aux États-Unis. Je souhaite ainsi impulser des collaborations fructueuses entre chercheurs, notamment auprès de Patrick Farges, d’Arnd Krüger, de Michael Brenner ou de Sharon Gillerman.

Je m’engage aussi à déposer sous trois ans un projet ANR JCJC afin d’amplifier encore cette thématique de recherche et prévoir éventuellement des déplacements dans d’autres pays, notamment aux États-Unis.

 

Porteur(s) du projet
Voir le profil des chercheurs UCO participant au projet
Voir le profil des doctorants participant au projet
Equipes concernées
Durée du programme
01/10/2022 - 30/09/2025