À l'origine était l'image : de la perception d'une constante expressive à la création de son double

TitreÀ l'origine était l'image : de la perception d'une constante expressive à la création de son double
Type de publicationArticle de revue
Année de publication2011
Titre de la revueCahiers du CIRHiLL (Centre Interdisciplinaire de Recherche en Histoire, Langues et Littératures)
Titre de la série/collectionÉtymologie et exégèse littéraire
Mention d'éditeurL'Harmattan
Numéro35
Pagination235-246
Date de publicationoctobre 2011
Languefrançais
Auteur(s)Lévêque, D.
Numéro ISBN978-2-296-56404-6
Résumé

L'exégèse textuelle permet d’identifier des mécanismes de pensée immuables qui, à partir de l'image, présidèrent à la genèse de certaines créations d'auteurs. Il découle de ces réflexes mentaux des constantes expressives dont l'étude ramène en quelque sorte à "l'étymologie du texte". Au nombre de ces constantes expressives décelables dans le style personnel de tout écrivain sont à compter sans aucun doute les "tics de langage", ou formules inconsciemment répétées, que le traducteur se fera un devoir de reproduire à l'identique, c'est-à-dire à la fois dans leur structure et leur fréquence. Pour illustrer le présent propos, nous nous réfèrerons à une série d'exemples tirés de divers romans de l'écrivain guatémaltèque Miguel Ángel Asturias : nous montrerons comment la fréquence d'apparition de "formules comparatives parallèles" (puiqu'il s'agit ici de ce type de figure) devrait pouvoir se retrouver sous une version traduite qui soit tout aussi répétitive et immuable, donc tout aussi facilement identifiable.