La mise en place des nouveaux CFA : un moyen pour les entreprises de se réapproprier les formations dont elles ont besoin

TitreLa mise en place des nouveaux CFA : un moyen pour les entreprises de se réapproprier les formations dont elles ont besoin
Type de publicationChapitre d'ouvrage
Année de publication2019
Titre de l'ouvrageFormation : La nouvelle donne. Tout ce qui change avec la loi "Avenir"
Mention d'édition1ère édition
Titre de la série/collectionFormation
Pagination15-30
Auteur(s)Raveleau, B.
EditeurDunod
Ville, PaysParis, France
Numéro ISBN978-2-10-080376-7
Résumé

Votée le 5 septembre 2018, la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » entre peu à peu en application. Après une année 2019 de transition, cette réforme globale du marché de la formation tout au long de la vie (FTLV) modifiera en profondeur plusieurs composantes du système français de la formation continue. En particulier, pour inciter les jeunes à se tourner vers l’apprentissage, le Gouvernement a choisi de réformer cette voie professionnelle qui concernait déjà 437 000 apprentis fin 2018. Quels sont les changements notables de cette réforme entrée en vigueur au 1er janvier 2019 ? En permettant aux entreprises de créer des Centres de formation des apprentis (CFA), le gouvernement leur offre la possibilité de former aux métiers pour lesquels elles ont actuellement du mal à recruter. Plusieurs grandes entreprises sont déjà intéressées par cette nouvelle possibilité de créer leur propre CFA, un moyen pour elles de se réapproprier les formations initiales dont elles ont besoin. Car une caractéristique de la réforme est de lever plusieurs contraintes administratives, de temps et de financement. Le dispositif paraît dès lors plus simple et rassurant pour les entreprises. Pour autant, les changements culturels ne se décrètent pas et à l’heure où nous écrivons ces lignes, persistent encore certaines interrogations sur la conception que les différents acteurs impliqués se font de ce que doit être l’apprentissage.