Numérique et développement de l’autonomie des élèves

Titre Numérique et développement de l’autonomie des élèves
Type de publicationCommunications sans actes
Année de l'intervention2019
Titre de la Conférence/colloqueColloque international M@rsouin La société numérique
Dates du congrès, colloqueMai
Auteur(s)Joffredo-Le Brun, S., Gueudet G. et Boilevin J-M.
Résumé

Le travail que nous présentons ici est mené dans le cadre du projet Interactions Digitales pour l’Enseignement et l’Éducation (projet IDEE1, réponse retenue à l’appel eFRAN), et plus précisément dans le volet Collectifs d’Enseignants et Ressources pour l’Autonomie Didactique (CERAD). Dans ce volet nous nous intéressons aux usages du numérique susceptibles de contribuer au développement de l’autonomie des élèves dans différentes disciplines. De plus nous portons une attention particulière aux usages du numérique susceptibles de réduire les inégalités éducatives découlant de l’origine sociale des élèves. Nos travaux sur le terrain, en collaboration avec des enseignants, concernent principalement le niveau du collège. Dans cette intervention, après avoir brièvement décrit l’ensemble des travaux du volet CERAD, nous allons tout d’abord clarifier ce que l’on peut appeler autonomie des élèves, lorsqu’on s’intéresse non seulement à l’organisation de leur travail mais également à des contenus de savoir précis. Nous nous appuyons sur les travaux menés dans le projet IDEE à propos de la définition de l’autonomie et des différentes catégories pouvant éclairer ce qui se joue en classe. Ainsi nous soulignons la nécessité de considérer le processus d’autonomisation des élèves, et la manière dont les professeurs peuvent soutenir ce processus. Nous distinguons l’autonomie pédagogique qui concerne des aspects transversaux de l’activité des élèves et l’autonomie didactique qui concerne les savoirs en jeu (Athias et al. 2019). Pour cette autonomie didactique, nous distinguons encore autonomie d’acquisition, lorsque des savoirs nouveaux sont visés, qu’une démarche de recherche est nécessaire et autonomie de mobilisation, lorsqu’il s’agit de savoirs déjà acquis pour lesquels un travail technique est proposé (Gueudet & Lebaud 2018). Nous utilisons par ailleurs les différents domaines de l’autonomie introduits par Albero (2004) : technique, informationnel, méthodologique, social, cognitif, méta-cognitif, psycho-affectif. Ces domaines permettent en particulier de préciser les apports potentiels ou effectifs du numérique. Dans un deuxième temps, nous proposons une analyse des entretiens menés avec des enseignants du second degré au collège en mathématiques, en sciences physiques et en anglais. Le canevas d’entretien conçu pour questionner les professeurs sur leur usage du numérique est similaire pour l’ensemble des trois disciplines. Il intègre la présentation d’une séance utilisant le numérique et dans laquelle les professeurs considèrent que les élèves ont eu l’opportunité de développer leur autonomie. Nous nous appuyons sur une grille d’analyse d’entretien construite collectivement au sein du volet CERAD en utilisant les distinctions évoquées ci-dessus. A partir de celle-ci, nous identifions le point de vue des professeurs sur l’autonomie puis, de manière plus spécifique, leur point de vue sur l’usage du numérique pour soutenir ce processus d’autonomisation des élèves. A partir des déclarations des professeurs et dans certains cas en appui sur des séances observées, nous mettons également en évidence le rôle du numérique dans les dispositifs mis en oeuvre dans les,classes pour développer l’autonomie des élèves. Suite à une première analyse considérant le cas de chaque professeur rencontré, nous tentons d’identifier des éléments transversaux et des éléments spécifiques des différentes disciplines. Cette première étude exploratoire nous permettra d’affiner nos critères d’analyse pour rendre compte de l’usage dans les classes des outils numériques pour favoriser le développement de l’autonomie des élèves.