Le corps comme être au monde. Le bistouri ou les mots pour "se débarrasser de la viande en trop"

TitreLe corps comme être au monde. Le bistouri ou les mots pour "se débarrasser de la viande en trop"
Type de publicationArticle
Année de publication2019
LangueFrançais
Titre de la revueChemins de formation
Numéro22
Pagination85-97
Date de publication2019
Auteur(s)Grangereau, I. et Krystel G.
Résumé

Cet article se penche sur l'itinéraire d'Emma, une jeune femme autrefois obèse, ayant bénéficié d'une chirurgie bariatrique. Nous examinons les effets psychiques de son amaigrissement important suite à l'opération et ses difficultés à mettre en mots son mal être actuel. Nous posons quelques hypothèses quant à son rapport défaillant au corps que les conséquences de l'intervention ont mis en évidence mais qui est le sien depuis l'enfance. Ainsi, nous montrons que son corps, d'abord en surpoids, puis obèse, lui a toujours servi de défense ; aujourd'hui, ses demandes de chirurgie réparatrice, les inscriptions sur sa peau (cicatrices, tatouages...) témoignent de cette historicité défensive mais aussi de la puissance de la pulsion d'auto-cruauté de cette patiente. Quand le rapport au corps a toujours été problématique, est-il possible de passer du bistouri aus mots ?