L’électrostimulation via VEINOPLUS® Sport à la mi-temps d’un match de Basketball : un bénéfice pour la performance ou un risque accru de blessures ?

TitreL’électrostimulation via VEINOPLUS® Sport à la mi-temps d’un match de Basketball : un bénéfice pour la performance ou un risque accru de blessures ?
Type de publicationCommunications sans actes
Année de l'intervention2019
Titre de la Conférence/colloque18ème Congrès international de l'Association de Chercheurs en Activités Physiques et Sportives (ACAPS)
jour/mois du congrès, colloque29-31 Octobre
Auteur(s)Pousset, T., de Müllenheim P-Y., Noury-Desvaux B. et Congnard F.
Université, organismeUniversité Paris Descartes, UFR STAPS
Ville, PaysParis, France
Résumé

La récupération par électrostimulation de basse fréquence (ESBF) a déjà prouvé son intérêt dans le maintien ou la restauration des performances sportives au cours de diverses pratiques sportives (hors Basket-ball). Néanmoins, peu d’informations sont disponibles sur la sollicitation neuromusculaire engendrée par une session d’ESBF. L’objectif était d’étudier l'efficacité de l'ESBF sur la récupération d'un exercice inducteur de fatigue en Basket-ball et son impact sur la fatigue neuromusculaire.

Neuf sujets adultes masculins, basketteurs amateurs, ont participé à l’étude. Dans le but d’investiguer les effets de différents modes de récupération (actif, passif, ESBF via VEINOPLUS® Sport), chaque sujet a réalisé 3 protocoles. Chaque protocole se composait de plusieurs phases : deux tests standardisés et validés (T1 et T2) spécifiques au Basket-ball (Basket-ball Exercise Simulation Test [BEST]) et inducteurs de fatigue étaient séparés par une période de récupération de dix minutes. Les performances aux BEST étaient caractérisées par les scores fournis par le test. Pour investiguer les effets des modes de récupération, la fatigue et la vigueur étaient évaluées par questionnaire (forme simplifiée du Profil Of Mood States questionnaire, POMS). Une échelle de perception de la récupération (EPR) était aussi proposée. Enfin, le suivi de la fatigue neuromusculaire, indirectement évaluée par un test de saut (Counter Movement Jump, CMJ), était conduit avant et après T1 et après la phase de récupération.

Pour chaque mode de récupération, aucune différence significative n’était observée entre les performances à T1 et T2. En revanche, une tendance non-significative à un meilleur maintien de la performance au BEST (globale et de sprint) était observée à la suite d’une récupération par ESBF (vs. passive et active). De plus, au regard des scores obtenus aux CMJ, l’électrostimulation via VEINOPLUS Sport® n’entrainerait pas de fatigue neuromusculaire supplémentaire comparativement aux autres modes de récupération (p = 0,38). Cette étude a également permis d’observer que les sensations de bien-être étaient supérieures à la suite d’une récupération par ESBF (p < 0,01 pour le POMS et p < 0,001 pour l’EPR).

En conclusion, cette étude ne permet pas statuer clairement sur l’intérêt de la récupération via ESBF pour le maintien des performances entre deux périodes de pratique. Néanmoins, elle améliorerait, les sensations de bien-être du sportif sans augmenter la fatigue neuromusculaire.