Trajectoires, lien fraternel et traumatisme : le discours d' "anciens" enfants placés

TitreTrajectoires, lien fraternel et traumatisme : le discours d' "anciens" enfants placés
Type de publicationArticle
Année de publication2010
LangueFrançais
Titre de la revueInternational Psychology, Practice and Research
Numéro3
Auteur(s)Savinaud, C., Grangereau I. et Moulévrier P.
Résumé

Cet article fait suite à une enquête réalisée à la demande du Mouvement pour les Villages d'Enfants (M.V.E) et s'appuie sur l'analyse d'un matériel discursif (30 entretiens d'adultes autrefois placés dans ces dispositifs. Dans cet article écrit en collaboration, nous examinons pour notre part la question du lien fraternel. Nos interlocuteurs ont en effet connu un type de placement particulier puisqu'ils ont tous été pris en charge par le M.V.E. ; au sein de cette association, les fratries ne sont pas séparées et les enfants vont trouver dans les villages une mère éducatrice qui les accompagnera jusqu'à leur majorité. Dans les faits, les garçons parvenus à l'adolescence sont placés en semaine dans des foyers et, aujourd'hui, la mère éducatrice a laissé place à deux éducatrices qui se relaient chaque semaine auprès des enfants. Quoi qu'il en soit, demeure cette conviction (partagée par les membres de l'association et par nos interlocuteurs) que les fratries ne doivent pas être séparées , que les frères et soeurs vont pouvoir "s'étayer"  les uns les autres et, par là-même être moins vulnérables et plus en capacité de dépasser leurs traumatismes.  Nos interlocuteurs ont tous été placés avec leurs frères et soeurs et tous disent à leur manière "la chance"  que cela a représentée pour eux. Il nous est apparu pertinent de nous pencher davantage sur  ce qui,semblait dans leurs discours traité comme une évidence ne souffrant ni interrogations, ni nuances. La réflexion sur le fraternel se soutient d'une interrogation sur le même, l'identique, suggérée par l'inscription dans un groupe. Elle montre les difficultés particulières d'enfants au narcissisme blessé pour se construire, s'engager sur le chemeinh de l'individuation mais souligne aussi les opportunités offertes par le groupe fraternel pour s'apprprier son histoire. Nous soulignons la fragilité des aînés de ces fratries alors qu'ils avancent en âge (difficulté à prendre soin de soi, à "lâcher" les frères et soeurs cadets) tout particulièrement lorsque ces aînés sont des filles.