Évaluation de la capacité de marche en extérieur à l’aide du géo-positionnement par satellite (GPS) chez des personnes atteintes de la sclérose en plaques : nouvelle approche méthodologique et exploration de l’intérêt clinique

TitreÉvaluation de la capacité de marche en extérieur à l’aide du géo-positionnement par satellite (GPS) chez des personnes atteintes de la sclérose en plaques : nouvelle approche méthodologique et exploration de l’intérêt clinique
Type de publicationCommunications sans actes
Année de l'intervention2019
LangueFrançais
Titre de la Conférence/colloque18ème Congrès international de l'Association des Chercheurs en Activités Physiques et Sportives (ACAPS)
Dates du congrès, colloque29-31 Octobre
Auteur(s)Delahaye, C., Chaves D., Congnard F., Noury-Desvaux B. et de Müllenheim P-Y.
Université, organismeUniversité Paris Descartes, UFR STAPS
Ville, PaysParis, France
Résumé

L’objectif de l’étude (actuellement en cours) est double : (i) investiguer la capacité de marche en extérieur de personnes avec une SEP à l’aide d’une méthodologie utilisant le signal de vitesse GPS pour détecter les périodes de marche et d’arrêt ; et (ii) explorer l’intérêt clinique de la capacité de marche en extérieur au regard de sa relation avec le test de marche de six minutes (TM6) et de sa reproductibilité à 1 mois.

Dix-huit participants (15 femmes ; 3 hommes) présentant une SEP ont réalisé un TM6 et une session de marche en extérieur sur sol plat d’une durée de 30 à 60 minutes en étant équipé d’un récepteur GPS DG100 (GlobalSatTM, 1 Hz). Durant la session GPS, les participants devaient marcher à leur vitesse habituelle, ne s’arrêter qu’à cause de leurs symptômes de fatigue, et prendre le temps souhaité pour récupérer après un arrêt. Le TM6 et la session GPS étaient séparés de 6-7 jours pour 12 participants et de 16-23 jours pour 6 participants. Douze participants ont également réalisé une seconde session GPS 28 jours après la première. La distance maximale de marche réalisée entre deux arrêts détectés à l’aide du signal GPS (DMMGPS) et la vitesse moyenne de marche GPS (VGPS) ont été considérées pour caractériser la capacité de marche en extérieur. Seules les données de la session GPS 1 ont été utilisées pour étudier la relation entre le TM6 et la DMMGPS d’une part ou la VGPS d’autre part. Seule la reproductibilité de VGPS a pu être étudiée.

Six fichiers GPS de la session 1 n’ont pas pu être analysés en raison d’un dysfonctionnement du récepteur GPS (n=5) ou d’un signal de vitesse GPS trop faible (n=1). Parmi les fichiers restants de la session 1, trois concernaient des participants non stoppés par leurs symptômes. Pour la reproductibilité, quatre participants ont pu être analysés et seulement deux d’entre eux s’étaient arrêtés à cause de leurs symptômes. La corrélation avec le TM6 était nulle pour DMMGPS (n=9 ; rho = 0.0, p = 0.982) et élevée pour VGPS (n=12 ; r = 0.66, p = 0.019). L’erreur typique de mesure [intervalle de confiance à 95 %] de VGPS était de 4.9 [2.8 ; 19.6] %.

La mesure de la DMMGPS fournirait une information clinique indépendante de la performance au TM6 tandis que la VGPS pourrait davantage refléter le niveau de capacité fonctionnelle et cela de manière relativement reproductible.