Homme et femme, l'altérité fondatrice

TitreHomme et femme, l'altérité fondatrice
Type de publicationOuvrage
Année de publication2008
LangueFrançais
Nombre de pages343
Auteur(s)de Muizon, F.
EditeurCerf
VilleParis, France
Numéro ISBN978-2-204-08553-3
Numéro ISSN0750-1951
Mots-clésaltérité, anthropologie, corps, genre, sexuation
Résumé

L’irréductible dissymétrie entre le génie féminin et le génie masculin, source inépuisable de signification, constitue sans doute l’une des énigmes humaines les plus difficiles à déchiffrer. La sexualité serait dès lors réinventable, au gré des caprices et des hésitations d’un sexe devenu incertain. Paradoxalement, la différence entre l’homme et la femme s’impose dans son évidence simple, immédiate, charnelle. Elle est ce qui de la personne se voit en premier mais sa signification ultime échappe à toute emprise totalisante. Énigme insaisissable, elle ne se réduit ni à son inscription charnelle (sexe anatomique), ni à sa construction sociale et culturelle (genre). Le naturalisme et le constructivisme s’avèrent également impuissants à rendre compte du sens du sexe qui concerne le tout de la personne. Insaisissable par concept, la différence se donne pourtant à vivre dans le vif de la chair. Elle se donne à entendre, s’offrant à un déchiffrement. Indice de transcendance, cette irréductible dissymétrie révèle au cœur de l’humain une structure relationnelle fondamentale d’altérité. Brèche dans la toute-puissante de la représentation, elle interdit à la personne de s’enfermer dans l’image qu’elle se fait d’elle-même. Ultimement, elle s’ordonne à la communion des personnes, qui s’origine dans le mystère d’une insondable communion trinitaire. La tradition personnaliste judéo-chrétienne, parfois encore accusée de cultiver une mentalité naturaliste, un patriarcat machiste et misogyne, un mépris du corps et de la sexualité, fournit en réalité, au prix d’une lecture renouvelée, des clés irremplaçables qui éclairent puissamment l’énigme de l’altérité des sexes.