Féminité et Spatialité dans le théâtre moderne espagnol et français : 1930-1945

Titre Féminité et Spatialité dans le théâtre moderne espagnol et français : 1930-1945
Type de publicationThèse
Année de publication2013
LangueFrançais
Type de thèse, Département / SpécialitéThèse de doctorat de Littérature Comparée
Université de rattachementUniversité de Limoges - Université de Huelva
Nombre de pages450
Jour et mois de soutenance04/07
Auteur(s)González Naranjo, R.
DirecteurWestphal, B.
Mots-clésavant-guerre espagnoles, dramaturges femmes, espace théâtral, géocritique, mythes, occupation allemande
Résumé

Cette étude de recherche géocritique analyse La Nieta de Fedra (1929) d’Halma Angélico, La Guerre de Troie n’aura pas lieu (1935) de Jean Giraudoux, Antígona (1939) de Salvador Espriu et Jason (1945) d’Élisabeth Porquerol, des pièces au sujet mythologique qui mettent en lumière le traitement d’une féminité liée à une spatialité multiple. Le procédé géocritique permet de mener cette étude d’une façon géocentrée, dévoilant le contexte historique des pièces, l’analyse de la féminité, les ouvrages des auteurs et leurs différentes transpositions sur une scène. L’intertextualité est mise à l’honneur à partir des adaptations scéniques et présente de plus un caractère conjectural dans les œuvres où existe une impossibilité de représenter. Les divers espaces (narrés, dialogués, didascalies, espace ludique, scénographie, extra-littéraires, etc.) permettent de rendre une fidélité aux idées que les auteurs voulaient véhiculer au moment de l’écriture de leurs pièces. De même, à travers l’espace scénique, les différents metteurs en scène traduisent visuellement leurs pensées. La féminité exposée est ainsi le fruit du contexte historique et d’une vision spatiale qui se concentre sur les espaces sédentaires et nomades.