Théâtres impossibles: Halma Angélico et Élisabeth Porquerol 

TitreThéâtres impossibles: Halma Angélico et Élisabeth Porquerol 
Type de publicationCommunications avec actes
Année de publication2012
LangueFrançais
Titre de la Conférence/colloqueThéâtres impossibles: Halma Angélico et Élisabeth Porquerol 
Titre des actes ou de la revueinority Theatre on the Global Stage: Challenging Paradigms from the Margins
Pagination321-334
Auteur(s)González Naranjo, R.
Directeur(s)Gonzalez, M. et Laplace-Claverie H.
Université, EditeurCambridge Scholars Publishing
Ville, PaysAvignon
Numéro ISBN978-1443837989
Mots-clésElisabeth Porquerol, Halma Angélico, théâtre féminin
Résumé

Le nombre, de plus en plus impressionnant, de textes dramatiques écrits par des femmes pendant les années 1920 et 1930 en Espagne contraste avec la difficulté de ces femmes dramaturges à avoir accès au milieu théâtral. Or, en France, le théâtre de l’entre-deux-guerres devient très prolifique avec des dramaturges de renom, mais contrairement à ce qui se vérifie en Espagne les femmes dramaturges sont rares. Malgré tout, dans ce désert culturel féminin, on trouve une femme qui s’essaye au théâtre : la nîmoise Élisabeth Porquerol (1905-2008). Ce faisant, elle a suivi la même voie qu’Halma Angélico (1888-1952), en Espagne. Mais la difficulté de mettre en scène leurs pièces ne s’est jamais atténuée. Porquerol comme Angélico étaient romancières, essayistes et journalistes. Pourtant, quand elles écrivent des pièces de théâtre, la problématique du genre (féminin) s’impose. Dans cet article nous essayerons de répondre aux questions suivantes : Pourquoi ces femmes n’ont-elles pas de notoriété en tant que dramaturges? Le cas de chaque pays est-il différent? Quelle est, finalement, la place de la femme dans ce théâtre de l’entre-deux-guerres français et d’avant-guerre espagnol ? Le théâtre « au féminin » doit-il être considéré comme un théâtre minoritaire ?